sábado, abril 01, 2006

La Confession




(como sempre, para ouvir esta, parem a musica ambiente do blog do lado esquerdo por cima do contador de visitas, e clikem aqui no play!!!)


La Confession - Manau



Je ne sais pas pourquoi mon corps bascule,
les bâtiments devant moi ont un effet de recul.
Je ne touche plus le sol, mes pieds ont quitté terre.
Comme un tout petit vol, mon corps est projeté dans les airs.
Mais qu’est ce qu’il m’arrive, je ne comprends plus rien.
Je suis à la dérive et je me sens pas très bien.
Ca y est, je percute les pavés maintenant.
Dure a été la chute, je suis couvert de sang.
Allongé là, seul, sur le trottoir, je perd la boussole,
je ne peux pas le croire,
vais-je vraiment crever sous ce lampadaire.
Je me suis fait shooter, ce mec avait un revolver.
J’ai du mal à respirer, je ne veux pas mourir.
J’ai vraiment déconné, j’ai tant de choses à dire.
J’entends au loin la sirène d’une ambulance.
Je crois qu’il est trop tard, je n’ai pas eu de chance.

Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Ne soyez pas nerveux. Ne faites plus attention.
Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Et venez écouter la dernière confession

Dites à ma mère et mes frères que je les ai aimés.
Ce mot de vocabulaire, je l’avais oublié.
Je n’ai jamais été un garçon parfait.
La délinquance m’a touché, mais je n’étais pas mauvais.
J’ai fait des tas de choses qui ne seraient pas bonnes à dire.
Que personne ne s’oppose si je parle d’un mauvais délire.
Et si je parle de filles, laissez-moi d’excuser.
Ce n’était pas facile pour elles, j’ai vraiment déconné.
Faut dire que les sentiments, je ne les connais pas.
Je n’ai jamais pris le temps de les chercher en moi.
C’est bizarre, mais maintenant je regrette vraiment
de n’avoir pu aimer une femme avec des enfants.
La vie passe si vite et la mienne ce soir est stoppée.
Doucement elle me quitte, je ne l’ai pas volé.
C’est sûrement le jugement de toutes mes bêtises.
J’avais oublié que Dieu sur mon âme avait main-mise.

Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Ne soyez pas nerveux. Ne faites plus attention.
Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Et venez écouter la dernière confession

Ca y est maintenant, je n’entends plus rien.
Il y a plein de gens, je me sens plutôt bien.
Des médecins s’agitent tout autour de moi.
Ca bouge et ça s’excite, je ne comprends pas pourquoi.
Je ne veux plus les calculer, je regarde le ciel.
La soirée est étoilée, la lune ét en celle.
J’n’aurai jamais imaginé qu’la nuit était si belle.
C’est dans ces moments-là que tout d’un coup
tout s’émerveille.
Oh ! ça y est, je me sens glisser sur le chemin de la paix,
je vais vous quitter.
L’étincelle, la flamme va me consumer.
Ne cracher pas sur mon âme, je n’l’ai pas mérité.
Voilà c’est mon heure et tout devient noir.
Le dernier jour d’un voleur, c’était mon dernier soir.

Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Ne soyez pas nerveux. Ne faites plus attention.
Mesdames et messieurs. Approchez de l’action
Et venez écouter ma dernière confession

3 comentários:

LUA disse...

Mon Français n'est pas très bon, mais il a donné pour percevoir que la lettre a un contenu très intense…

Gros bisous :(

off topic
Deixo-te o link de um novo blog da Sol e meu.

http://eclipseazul.blogspot.com/

NightWolf disse...

Nem as paredes me confesso, um abraço

Milocas disse...

excelente selecção! não conhecia, mas tou a gostar... sim senhor.